MERCREDI 12 OCTOBRE : JOURNEE NATIONALE DU REFUS DU REMPLACEMENT

Le SNES demande l’abrogation de la loi Fillon et de ses décrets d’application, notamment celui sur les remplacements.

Le SNES appelle à se saisir de toutes les occasions et de tous les moyens pour dire, notamment en direction de l’opinion publique et aux parents d’élèves, notre refus du système de remplacement « de Robien »

-  en explicitant les raisons de cette opposition et notamment les raisons pédagogiques

-  en expliquant ce que sont les propositions du SNES pour le remplacement de courte durée comme pour le remplacement de longue durée, avec notamment la demande de porter le nombre des TZR de 3,5% à 7%, et l’augmentation du nombre de personnels statutaires vie scolaire pour améliorer les conditions d’encadrement des élèves.

C’est dans ce cadre général de son action contre le remplacement « de Robien » que le SNES replace la phase actuelle d’élaboration du protocole par les chefs d’établissements. Si cette phase doit être l’occasion de développer nos arguments, il ne saurait être question de participer à la rédaction d’un protocole dans la mesure où il n’est rien d’autre qu’un instrument de la mise en œuvre du remplacement « de Robien » tel que le prévoit le décret dans toutes ses dimensions, y compris celle de la contrainte qui est la raison même d’être de ce décret.

Les élus du SNES dans les CA rappelleront que le CA n’a aucune compétence concernant les services des enseignants. Le protocole ne doit être ni négocié, ni amendé, ni voté au CA. A l’occasion de la présentation du protocole au CA par le chef d’établissement ils choisiront les moyens les plus adaptés à la situation locale de faire entendre la position du SNES. A cet effet le SNES mettra à disposition des S1 un projet de motion de refus du remplacement « de Robien » à soumettre au vote du CA.

Par ailleurs, il est essentiel, pour créer un rapport de forces favorable à nos revendications, de signer la pétition nationale contre les remplacements "De Robien". L’objectif doit être d’atteindre plusieurs dizaines de milliers de signatures.

Le SNES organisera le mercredi 12 octobre une journée nationale du refus du remplacement « de Robien » avec remise des pétitions aux chefs d’établissement, aux IA et aux Recteurs, ainsi qu’au Ministre de l’Education en lui donnant un écho médiatique maximum.