Communiqué du comité de grève du collège de Neuillé-Pont-Pierre (37)

Le comité de grève du collège de Neuillé-Pont-Pierre exprime sa désapprobation face à la mesure d’une exceptionnelle gravitée qui touchent l’Education Nationale :

- Suppression de 5600 postes de surveillants et 20 000 aide-éducateurs. Extinction du statut de surveillant-étudiant qui permettait à des jeunes peu fortunés de poursuivre leurs études dans des conditions décentes. Mise au point d’un nouveau statut permettant difficilement de concilier travail à temps plein et études.

- Nombreuses suppressions en cours de postes de titulaires-remplaçants : beaucoup de remplacements seront désormais effectués par des vacataires, personnels renvoyés au bout de 200 heures sans indemnités de chômage ni droit à la sécurité sociale, selon des procédés indignes d’un Etat de droit.

- Transfert aux collectivités territoriales de 110 000 salariés de l’Education Nationale, conseillers d’orientation-psychologues, assistants sociaux, médecins scolaires, techniciens et ouvriers de service, ouvrant la voie à des privatisations et à un possible démantèlement de l’Education Nationale : la décentralisation abandonne en effet aux collectivités territoriales, en fonction de leurs priorités et de leurs ressources, des missions qui étaient jusqu’ici celles de l’Etat, garant du pacte social, et la prise en charge des élèves se fera de manière inégalitaire selon les régions où ils ont la chance ou la malchance de vivre.

- Absence totale de concertation et de dialogue social sur toutes ces mesures.

Pour toutes ces raisons (auxquelles s’en ajoutent d’autres, comme la suppression de petites sections de classes maternelles, la mise en réseau-municipalisation des écoles primaires, l’amputation des crédits de recherche dans les universités, le futur système de retraites qui pourrait conduire des enseignants à rester en activité à près de 65 ans alors qu’ils revendiquent l’égalité public-privé sur la base de 37,5 annuités pour tous...), les personnels du comité de grève du collège de Neuillé-Pont-Pierre souscrivent aux appels réitérés des organisations syndicales en faveur d’une amplification de l’action (appel du SNES du 31/03/2003 et motion action de son congrès national en date du 04/04/2003, appel de SUD EDUCATION en date du 04/04/2003, appel en date du 07/04/2003 de l’ensemble des organisations syndicales - SNEP-FSU, SNALC-CSEN, SNES-FSU, SE-UNSA, SUD EDUCATION, SNETAA-EIL, SN-FO-LC, SGEN-CFDT, SNUEP-FSU, UNSEN-CGT ) et retiennent le principe d’une grève reconductible qui pourrait prendre effet dès la rentrée des vacances de Pâques où une assemblée déterminera les modalités de l’action.