Les représentants de la FSU, de l’UNSA, de la FCPE refusent de siéger au CDEN

Alors que le gouvernement affirme qu’il faut réduire le nombre de sorties précoces du système scolaire, aider les élèves en grandes difficultés et augmenter à terme le niveau de qualification de la population, les dotations prévues pour la rentrée 2004 vont se traduire par des régressions considérables :

§ Dans les écoles, l’attribution de 11 postes seulement pour 747 élèves supplémentaires augmentera les effectifs par classe et ne permettra pas d’ouvrir les classes nécessaires, d’accueillir les enfants de 2 ans, de poursuivre les projets, en particulier dans les ZEP

§ Dans les SEGPA, l’attribution de 5 postes ne permettra toujours pas d’assurer tous les horaires réglementaires.

§ Dans les collèges, la perte de l’équivalent de 39 postes, entraînera nécessairement l’impossibilité d’assumer des enseignements réglementaires, des suppressions d’options, des diminutions horaires ou la disparition de travail en groupe dans de nombreuses disciplines et la réduction des dispositifs d’aide aux élèves en difficultés.

§ Dans les lycées et les LP, aucune amélioration de l’accueil des élèves n’est envisageable, des options sont menacées et on réduit les capacités d’accueil.

§ La diminution des postes de remplaçants dans le second degré

§ Aucune création de postes de CPE, disparition progressive des aides éducateurs sans création d’emplois statutaires correspondant à leurs missions : ce sont autant d’adultes en moins pour l’encadrement des élèves

§ La notion d’équipe éducative perd tout son sens dans les établissements qui manquent de COPsy, d’infirmières, de médecins scolaires, d’assistantes sociales ou de personnels administratifs, techniciens et ouvriers.

§ Aucun poste n’est créé pour remplacer les CES et CEC non renouvelés et qui, depuis des années pallient le manque d’emplois statutaires.

Les moyens prévus actuellement pour la rentrée prochaine et la diminution drastique du nombre de postes aux différents concours de recrutement sont en totale contradiction avec l’objectif de faire réussir tous les jeunes. Il faut une dotation qui corresponde aux ambitions affichées.

C’est pourquoi la FSU, l’UNSA, et la FCPE ont décidé de ne pas siéger au CDEN du vendredi 13 février 2004 pour protester contre l’insuffisance scandaleuse des dotations.

La FSU, l’UNSA, le SGEN-CFDT, la FCPE, le SDEN-CGT, le SNETAA, la FAEN interpellent le ministre et le gouvernement pour que de nouvelles dotations soient attribuées à notre département.

Ils appellent les enseignants, les parents et les amis de l’école à se rassembler
MARDI 17 FEVRIER à 18 heures
place de la préfecture à Tours
pour exprimer cette demande.