Orléans, le 12 juin 2003

Le 12 juin, les collègues ont fait la démonstration que les annonces ministérielles du 10 juin sont très nettement insuffisantes et qu’ils restent déterminés à obtenir du gouvernement des concessions majeures.

Certains ont fait grève (de leurs cours ou de la surveillance des épreuves), d’autres ont choisi des formes d’action différentes pour informer les élèves et leurs parents de leur détermination.

Mais, contrairement à ce qu’ont voulu faire croire le ministre (déclaration de la veille sur les « opérations commando ») et une partie des média, les personnels et leurs organisations syndicales n’ont pas « sauvé le Bac » en renonçant à le bloquer. Ils n’en avaient jamais eu l’intention !

Cela confirme que les collègues ne cèdent pas au chantage ou à l’intransigeance du gouvernement. La poursuite de l’action est plus que jamais nécessaire pour le faire revenir sur cette politique de régression sociale.

Le SNES appelle tous les collègues à poursuivre l’action et à s’engager massivement dans la nouvelle journée de grève interprofessionnelle décidée par l’intersyndicale CGT - FO - FSU - UNSA le jeudi 19 juin 2003.

- Voir l’article sur les lieux et heures des actions (en cours de mise à jour)