10 décembre 2015

Actualités dans les départements

Déclaration sur les formations organisées dans...

Déclaration du SNES et du SNEP- FSU sur les formations organisées dans le cadre de la réforme du collège

La mise en place de la réforme du collège prévoit de très nombreuses réunions : certaines ont lieu sur le temps de service, d’autres viennent alourdir les emplois du temps de tous les personnels.
Le SNES/SNEP-FSU condamne l’attitude de l’administration qui, sachant très bien que les actions de formation continue ne peuvent être que proposées sur la base du volontariat ou, si elles sont imposées, effectuées uniquement sur les horaires de service, tente de contourner les textes réglementaires pour contraindre les personnels à appliquer une réforme qui va à l’encontre de leur éthique professionnelle.
Dans le premier degré, qui vit lui aussi la refondation de l’école, qui lui aussi doit s’adapter à de nouveaux programme, où sont les formations ? On sait très bien que là où la pression est plus forte pour que les élèves soient accueillis, on ne met pas en place de réunions dont l’institution peut se passer...
Car les formations, l’Éducation Nationale s’en passe très bien pour les personnels du second degré en divisant par deux depuis plusieurs années les moyens qui lui sont consacrés...
On voit bien qu’il s’agit ici d’autre chose, et qu’on réunit les collègues moins pour les former que pour leur servir un argumentaire qu’ils doivent écouter sans poser de question, comme si on apprenait bien mieux aux élèves l’indépendance d’esprit, la liberté d’apprendre, les plaisirs de la culture en étant soi-même de simples exécutants qui doivent éviter de poser la question de la faisabilité, de réfléchir, de discuter.
Là où les IA-IPR se sont rendus, depuis la rentrée, pour présenter la nouvelle structure pédagogique, les collègues ont été rabroués, on leur a demandé de ne plus poser de questions – pour ne pas en dire davantage...

Il est inadmissible que les élèves soient privés de cours, les professeurs déchargés de leurs classes pour recevoir des leçons magistrales déconnectées de leurs questions, de leurs inquiétudes, de leur doutes. L’institution a le devoir d’écouter les personnels, tout particulièrement quand elle intitule ses réunions « formations ».