11 avril 2011

Catégories

Déclaration des commissaires paritaires Snes CAPA du 22 mars 2011

A l’appel des organisations syndicales Snes, Sud Education et CGT, les conseillers d’orientation-psychologues et les Directeurs de CIO se sont réunis en assemblée générale et ont manifesté à Paris le 18 mars, afin de dénoncer les attaques massives contre le service public d’information et d’orientation de l’Education Nationale : fusions de CIO, fermetures de CIO, baisse de budget de fonctionnement, suppression de postes administratifs… Ils ont également manifesté leur opposition au texte sur les missions malgré quelques avancées obtenues au CTPM du 16 mars (mission d’observation continue des élèves, précision du lieu d’exercice des co-psy, liens hiérarchiques plus clairs). Mais il reste trop de points dangereux pour les services dans ce texte notamment la prégnance du service dématérialisé.
Nous ne pensons pas que l’intégration des services au SPO (loi orientation tout au long de la vie de 2009) permettra de « sauver » les CIO , bien au contraire… Des expériences montrent que lorsque des CIO ont été intégrés à des maisons de l’emploi, cela a posé des problèmes matériels et surtout une baisse de la visibilité des CIO et une confusion entre les missions des différentes structures.
Considérer l’orientation comme un continuum est un leurre : il est important de distinguer l’orientation des élèves/adolescents qui est en lien direct avec la construction de leur identité et l’orientation des adultes plus en phase avec l’insertion professionnelle.
De façon égale, nous ne pensons pas que la labellisation soit une chance pour les services de les rendre plus visibles et leur missions plus lisibles . Par contre elle aura pour effet de permettre à des organismes divers d’entrer dans les établissements et de donner des informations pas forcément objectives et certainement pas en lien avec les apprentissages scolaires et la construction des savoirs.
Concernant la formation des personnels d’orientation, nous regrettons le peu de stages sur la question complexe de l’orientation dans le programme académique de formation. Nous demandons que le rectorat tienne compte des besoins exprimés par les co-psy et Dcio.