21 février 2011

Catégories

Déclaration des commissaires paritaires SNES à la CAPA du 17 décembre 2010

Est-ce en mettant à bas le service public d’orientation de l’Education nationale qu’on envisage de promouvoir le service public d’orientation tout au long de la vie ? On peut le craindre quand la mise en place de ce service se fait à marche forcée sans aucune concertation ni prise en compte de la spécificité des publics. Le décret sur la labellisation et le cahier des charges soumis au Conseil National de Formation Professionnelle Tout au Long de la Vie traduisent une transformation radicale des missions des conseillers d’orientation-psychologues, de leur conditions de travail et à terme de leur statut. Elles évolueraient vers celles de conseiller professionnel et le cahier des charges définissant un « lieu unique » aboutirait à la disparition rapide des CIO. Les conseillers d’orientation-psychologues ne veulent pas connaître l’expérience dramatique de leurs collègues psychologues de l’AFPA. Les textes tels qu’ils sont proposés trahissent la volonté d’installer une super structure qui imposerait à tous les organismes labellisés ses objectifs, son public, ses activités ses modalités de travail et d’évaluation. Comment croire que ces projets ne visent pas à terme la dilution des CIO dans les pôles information orientation formation métiers ? Comment croire qu’avec des recrutements au compte-gouttes, les conseillers d’orientation-psychologues et les directeurs de CIO auront les moyens d’assurer ces nouvelles obligations et de continuer à suivre et conseiller les collégiens et les lycéens. Et même si les textes ont été retoqués le 8 décembre au CNFPTLV, nos craintes demeurent. Le gouvernement reviendra à la charge .
A cela s’ajoute d’autres inquiétudes qui n’ont pas été levées bien au contraire lors de l’audience du 8 décembre avec le Rectorat, notamment celles concernant la cartes des CIO dans l’académie et le financement par les CG du Cher et de l’Indre et Loire des CIO à gestion départementale. Certes le financement sera assuré en 2011 mais après ? Où seront logé les CIO de Bourges et St Amand ? Qui va financer leur déménagement et les travaux qui seront certainement nécessaires pour adapter les nouveaux locaux. Les conseillers d’orientation-psychologues de ces CIO auront-ils un bureau lieu indispensable pour assurer les entretiens et leur confidentialité ? L’espace d’accueil du public sera-t-il suffisant ?
Et plus globalement comment vont évoluer les structures puisqu’une chose est sûre c’est qu’elles doivent évoluer, nous a assuré le rectorat ? Quelle sera la position portée par le Recteur dans le cadre du CPRDF ?
Toutes ces interrogations ne facilitent pas l’exercice des missions des personnels des services d’orientation de l’EN au quotidien, elles génèrent de l’inquiétude qui chaque année augmente, du fait de nouvelles mesures annoncées qui ne vont pas dans le sens de la défense des CIO (entretiens d’orientation assurés par les enseignants, réforme du lycée avec l’AP et le tutorat, tentatives de modifier les missions , fermetures de CIO dans certaines académies…)
Concernant les contractuels, il est indispensable de communiquer aux collègues une grille précise avec les différentes catégories où seront indiqués l’indice minimum et l’indice maximum ainsi que les règles d’attribution de leur indice (qualification, ancienneté, expérience…). D’autre part une formation se réduisant à une seule journée nous paraît très insuffisant d’autant que cette formation concernait les co-psy titulaires sortant de formation. Cette question de l’adaptation à l’emploi et de la formation des contractuels avait déjà été abordée lors d’une précédente CAPA.