5 mai 2004

Catégories

Chômage des précaires, vacances anticipées des scolaires ?

« Après les conseils de classe, vous savez, il ne se passe plus grand chose dans les établissements scolaires » : ce sont les propos inadmissibles tenus par un responsable du Rectorat lors de la dernière audience où la délégation syndicale du SNES a été conviée.

De quoi s’agit-il ?

Le Rectorat d’Orléans-Tours a décidé d’écourter les remplacements de certains professeurs contractuels et vacataires alors même qu’ils n’ont pas terminé leur suppléance !

Quelles conséquences pour les élèves ?

Dès la fin mai en lycée et courant juin en collège, de nombreuses classes de l’académie n’auront plus tous leurs professeurs. Pourtant, tous les programmes ne seront pas bouclés, notamment dans certaines classes à examen où les révisions sont, bien entendu, nécessaires. Le Rectorat s’obstinant à ne pas vouloir rémunérer les missions de suivi pédagogique et d’orientation des élèves (alors même que le Tribunal Administratif [TA de Cergy-Pontoise du 24 avril 2003 M. Driss Alem, n° NE 002227] l’y a instamment invité), plus de 400 professeurs vacataires ne pourront pas participer aux conseils de classe.

Ces décisions, présentées comme des solutions aux contraintes ministérielles d’économies budgétaires tous azimuts, sont proprement scandaleuses. A commencer par les élèves qui vont en subir les conséquences directes dans les semaines qui viennent : plus d’évaluation scolaire en fin d’année, pas de conseils pour préparer leur avenir. Quant aux titulaires déjà en nombre insuffisant, ils subiront, de fait, le report de la charge de travail (surveillance des examens, participation aux évaluations finales) des professeurs non-titulaires jetés prématurément au chômage.

La section académique du SNES a saisi en urgence le cabinet du Recteur. Elle demande instamment que tous les personnels concernés soient maintenus dans leur poste jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Elle demande également un rétablissement du système de remplacement reposant sur des personnels titulaires (TZR), la garantie de réemploi assortie d’un plan de titularisation pour les personnels enseignants non titulaires et la fin du recours à la vacation reposant sur un déni des droits et des missions des enseignants. Cela suppose d’augmenter dès à présent le nombre de postes aux concours externes et les possibilités d’accès à la titularisation des personnels précaires.

Elle invite donc l’ensemble des personnels et des parents à exprimer leur mécontentement en signant massivement la pétition suivante.

Pour télécharger cet article et la pétition à afficher dans votre établissement, cliquez ici.

Les collègues directement concernés par ces mesures ou susceptibles de l’être sont priés de se faire connaître auprès de la section académique du SNES