CPE : des changements bienvenus dans la lettre de rentrée des IA-IPR.

Le contexte dans lequel s’inscrit cette lettre est très différent de l’an passé. Pendant plusieurs mois, le SNES a mené bataille pour le référentiel de compétences des futurs CPE, dont l’enjeu va bien au-delà des CPE stagiaires. Nous avons fini par obtenir une vision plus conforme à la réalité du métier, et la reconnaissance de la place spécifique que nous avons dans les établissements, alors qu’au mépris des textes, d’aucuns cherchaient à nous emmener vers des fonctions d’ adjoint en éducation du chef d’établissement.

Le SNES-FSU académique a mené cette bataille d’idées auprès du rectorat et des IA-IPR. La comparaison des lettres de rentrée 2012-2013 et 2013-2014 permet de constater une évolution positive.
Ainsi, il n’est plus question de « chef de service de la vie scolaire », mais bien de « responsabilité de l’organisation et de l’animation ». La volonté de créer des hiérarchies intermédiaires avait comme conséquence, pour les CPE, d’être assimilés, voire intégrées, à l’équipe de direction, ce qui modifiait en profondeur le travail et le rapport aux enseignants. Ce nouveau positionnement faisait oublier que le seul chef de service des AED est le chef d’établissement, qui recrute, signe les contrats et les lettres de non renouvellement. La vie scolaire n’est pas un service avec un chef de service, mais bien la mutualisation de personnels aux missions différentes et complémentaires.

La notion de conseiller technique du chef d’établissement a, elle aussi, heureusement disparu, le référentiel de compétences ayant bien réaffirmé que notre rôle de conseil s’exerce en direction de l’ensemble de la communauté éducative. Quant à l’aspect technique, nous étions bien en peine de savoir de quelle technique il s’agissait.

Reste, dans la dernière partie de la lettre, la référence à un projet vie scolaire, agrémenté cette année d’une parenthèse « (projet éducatif) »...Cependant, nous ne savons toujours pas ce que c’est. Est-ce le volet éducatif du projet d’établissement ? Autre chose ? Mais si c’est autre chose, qu’est ce que c’est, et quelles sont la nature et la portée de ce document ?
En tout état de cause, il est évident que, professionnellement, l’appui sur un volet éducatif intégré au projet d’établissement semble la meilleure solution pour proposer à tous de travailler, en partageant un diagnostic et des solutions adaptées à l’établissement.

Il semble donc qu’enfin, grâce au SNES-FSU, les demandes institutionnelles concernant les CPE se rapprochent du métier que nous exerçons chaque jour.